11 histoires incroyables sur LOST IN TRANSLATION

1. Le rôle de Bob Harris a été écrit spécifiquement pour Bill Murray.

Sofia Coppola a déclaré qu’elle n’aurait pas fait le film si Murray n’avait pas accepté le rôle.

image

2. Bill Murray n’ayant aucun agent, Sofia Coppola a mis près d’un an à essayer de le contacter pour lui présenter le rôle.

C’est finalement via le producteur Mitch Glazer, un ami de longue date de Murray, qu’elle réussit finalement à lui envoyer le scénario.

image

3. Bill Murray n’ayant pas signé de contrat écrit, Sofia Coppola a du attendre le premier jour de tournage pour être sûre qu’il serait bien là.

L’acteur a pris un vol pour Tokyo par ses propres moyens, sans même en avertir la production.

image

4. L’idée de faire de Bill Murray un acteur payé 2 millions de dollars pour faire une pub pour le Whisky japonais Suntory est en partie inspirée par son père, Francis Ford Coppola, qui a fait plusieurs pub pour la marque de whisky avec Akira Kurosawa dans les années 70.

Elles sont visibles ici.

image

image

5. Bill Murray et Scarlett Johansson ne se sont jamais parlés avant le tournage.

Sofia Coppola a choisi Scarlett Johansson sur la foi de son rôle dans le film Manny & Lo, sans lui faire passer d’audition. Elle lui faisait penser à une “jeune Lauren Bacall”.

L’alchimie entre les deux acteurs n’est donc liée qu’à un pur hasard !

image

6. Le personnage du réalisateur interprétée par Giovanni Ribisi est entièrement basé sur le réalisateur Spike Jonze avec qui Sofia Coppola a été mariée jusqu’en 2003 (année de sortie de Lost In Translation).

A la sortie du film, Sofia Coppola, alors en plein divorce, a nié s’être inspiré de lui. Mais, dans une interview à The Daily Beast en 2013, pour le 10e anniversaire du film, elle a avoué que la relation entre “le réalisateur” et Charlotte était entièrement basé sur ce qu’elle traversait à l’époque.

Par contre, elle a nié la rumeur disant que l’actrice incarnée par Anna Faris était basée sur Cameron Diaz (avec qui Spike Jonze venait de tourner Dans La Peau de John Malkovich).

image

7. Le plan d’ouverture sur la petite culotte de Charlotte est inspiré d’une peinture de l’artiste John Kacere, spécialiste des peintures de jeunes femmes en sous-vêtements.

image

8. La chanteuse de bar rousse est une vraie chanteuse de bar que Sofia Coppola avait un jour vue chanter au Park Hyatt Hotel où se déroule le film.

image

9. La plupart des scènes en extérieur ont été tournées sans autorisation.

Résultat : le tournage a souvent été arrêté par la police et, même, une fois, par des Yakuzas.

image

image

10. Le Park Hyatt Hotel où se déroule la majorité du film a longtemps refusé le tournage de peur que ça ne dérange les clients. Aujourd’hui, ils organisent des visites “spéciales Lost In Translation”.

image

image

image

11. La scène finale d’adieu entre Bob et Charlotte est improvisée par les deux acteurs. Le mot chuchoté par Bill Murray à l’oreille de Scarlett Johansson n’était donc pas écrit.

Au fil des années, de nombreuses théories ont émergé.

En 2009, une vidéo YouTube tentait de démontrer que les mots étaient “When John is ready for his next business trip, go up to that man and tell him the truth, okay?” (“Quand John sera prêt pour son prochain voyage d’affaires, va voir cet homme et dit lui la vérité, okay ?”).

En 2007, une autre vidéo YouTube pariait plutôt pour “I have to be leaving, but I won’t let that come between us, OK?” (“Je dois partir mais je ne laisserais pas je ne laisserais pas ça nous séparer, okay ?”)

Sofia Coppola, comme ses acteurs, refusent depuis dix ans de la révéler.

image

image