9 raisons de (re)voir TIREZ SUR LE PIANISTE de François Truffaut

1. L’histoire

Tirez sur le pianiste raconte l’histoire de Charlie Kohler, pianiste dans un bar, qui se retrouve mêlé un peu malgré lui à deux gangsters qui s’en prennent à son frère. Ils sont sauvés par Léa qui travaille dans le bar avec Charlie. Celle-ci va alors pousser le pianiste à révéler qui il est vraiment.

2. Basé sur un maître du roman noir

Tirez sur le pianiste est basé sur Down There, un roman de David Goodis, un des maîtres du roman noir dans les années 40 et 50 à l’oeuvre prolifique. Outre ses romans, il a en effet écrit des scénarios pour le cinéma (L’infidèle en 1947) et pour la radio, ainsi que de très nombreuses nouvelles pour des magazines.

Dans les années 80, il a beaucoup inspiré le cinéma français. Jean-Jacques Beneix a par exemple adapté La Lune Dans le Caniveau. Gilles Behat, lui, a adapté Epaves sous le titre Rue Barbare et Francis Girod a adapté Descente aux enfers avec Sophie Marceau et Claude Brasseur.

3. Le deuxième film de François Truffaut

Révélé un an plus tôt par le très autobiographique Les 400 coups, qui remporte le Prix de la mise en scène à Cannes alors qu’il n’a que 27 ans, François Truffaut a quasiment enchaîné les tournages avec ce Tirez Sur le Pianiste qui sort la même année que A Bout de Souffle de Jean-Luc Godard dont il a co-écrit le scénario.

4. La naissance de la Nouvelle Vague

Avec ses anciens collègues critiques des Cahiers du Cinéma (Godard, Chabrol, Rohmer…), François Truffaut, en ce tout début des années 60, débute le mouvement dit de la Nouvelle Vague qui entend bouleverser tous les codes établis du cinéma et dont les effets se font encore sentir aujourd’hui.

Tirez sur le Pianiste en est ainsi un des tous premiers films.

5. Première incursion dans le cinéma de genre

Passionné depuis son adolescence par les films de gangsters, Tirez sur le pianiste est, comme A Bout de Souffle, dont il a co-écrit le scénario, un réinvention du film de gangsters “à l’américaine”, un thème phare de la Nouvelle Vague.

Plus tard, François Truffaut continuera cette exploration des genres avec la science-fiction dans Fahrenheit 451, le fantastique dans La Chambre Verte ou la fresque historique dans L’Histoire d’Adèle H.

6. Le film qui fit de Charles Aznavour une star aux Etats-Unis

Après des années de figuration au cinéma, Charles Aznavour est déjà un chanteur et un parolier reconnu (notamment pour Edith Piaf) quand il décroche son troisième grand rôle (et sûrement son meilleur), celui de Charlie Kohler dans Tirez sur le pianiste.

C’est le succès du film aux Etats-Unis qui lui ouvrira les portes, en tant que chanteur, du prestigieux Carnegie Hall de New York

Plus tard, on le retrouvera notamment dans Le Tambour en 1979 sous la direction de Volker Schlöndorff, Palme d’or à Cannes et Oscar du meilleur film étranger.

7. La musique de George Delerue

C’est la première fois que George Delerue compose pour François Truffaut. Après cette musique jazzy tantôt sautillante, tantôt romantique et mélancolique de Tirez sur le pianiste, ils remettront ça notamment pour les célèbres Jules et Jim, La Peau Douce, Les Deux Anglaises et le Continent ou La Nuit Américaine.

8. Les chansons de Boby Lapointe

Le chanteur aux textes de calembours et de contre-pétries a composé deux chansons, Marcelle et Framboise, spécialement pour le film. 

Repéré par Truffaut dans le cabaret parisien Le Cheval d’Or, c’est en grande partie grâce au film que le chanteur (qui apparaît dans le film) connaîtra le succès dans les années 60.

9. Un échec commercial adoré par les cinéphiles du monde entier

François Truffaut avait prévenu avant le tournage. Son deuxième film ne plaira probablement pas à ceux, extrêmement nombreux, qui avaient adoré son premier film et immense succès public, Les 400 Coups. Il voulait faire un film “pour les purs cinéphiles”

Et il n’a pas eu tort. Le film s’est planté au box-office mais est devenu culte parmi les cinéphiles. Le réalisateur Claude Miller, par exemple, déclara que lorsqu’il était étudiant, lui et ses amis connaissaient les dialogues du film par coeur.